Uzanto:Theomanou/provejo: Malsamoj inter versioj

Neniu ŝanĝo en grandeco ,  antaŭ 3 jaroj
e
Le roi sage'', [http://classes.bnf.fr/dossitsm/b-charlv.htm Bibliothèque nationale de France]</ref> : il est très proche de son oncle maternel l’empereur germanique [[Charles IV du Saint-Empire|{{nobr|Charles {{IV}}}}]]<ref>{{harvsp|Cazelles|2006|p=146}}</ref> auquel il rend hommage pour le Dauphiné en [[1357]]<ref>{{harvsp|Cazelles|2006|p=158}}</ref>. Cette amitié permet en 1363, à Jean le Bon, revenu de captivité, de confier en [[apanage]] à [[Philippe II de Bourgogne|Philippe le Hardi]] (qui est lui aussi neveu de l'empereur) le duché de Bourgogne, vacant depuis la mort de [[Philippe Ier de Bourgogne|Philippe de Rouvre]] en 1361, et d'évincer [[Charles le Mauvais]]<ref>{{harvsp|Theis|1992|p=295-296}}</ref>. Pour s'assurer du soutien des Flandres, {{nobr|Charles {{V}}}} parvient à empêcher le mariage de [[Marguerite III de Flandre|{{nobr|Marguerite {{III}}}} de Flandre]] avec [[Edmond de Langley]], comte de Cambridge, le fils d'{{nobr|Édouard {{III}}}}, grâce au soutien du pape [[Urbain V|{{nobr|Urbain {{V}}}}]]. En 1369, il réussit à marier [[Marguerite III de Flandre|Marguerite]], l'héritière des [[comté de Flandre|comtés de Flandre]], [[comté de Rethel|Rethel]] et [[comté de Nevers|Nevers]] à son frère Philippe le Hardi<ref>{{harvsp|Theis|1992|p=299}}</ref>. {{nobr|Charles {{V}}}} entre également en pourparlers avec le roi d’[[Écosse]] [[David II d'Écosse|David Bruce]] et le roi du [[Danemark]], qui ont tous deux de bonnes raisons d’en découdre avec l’Angleterre. Le roi sage s’assure également de l’amitié de [[Yvain de Galles|Owain de Galles]], prétendant au trône du [[Pays de Galles]].
 
[[Image:ReconquèteReconquête Charles V.svg|vignette|La reconquête par {{nobr|Charles {{V}}}} des territoires concédés au traité de Brétigny. {{Légende|#66aacc|Domaine royal}}
{{Légende|#333399|Apanages des frères du roi}}
{{Légende|#ddff00|Comté de Foix-Béarn autonome}}
136

redaktoj